Anne Plamondon

Après avoir complété sa formation à l’École Supérieure de ballet du Québec en 1994, Anne Plamondon joint les rangs des Grands Ballets Canadiens. L’année suivante, elle part en Hollande et joint le Netherlands Dans Theater 2 (1995-98), puis, elle s’envole vers le Portugal où elle travaillera au sein du Gulbenkian Ballet (1998 – 2000). Pendant cette période, elle interprète des œuvres des chorégraphes Jiri Kylian, Hans Van Manen, Johan Inger, Gideon Obarzanek, Angelin Preljocaj et Itzik Galili. Elle crée aussi les premiers rôles dans les œuvres de Rui Horta, Patrick Delcroix et Pieter de Ruiter — ainsi que dans le succès acclamé, Sad Case, chorégraphié par Paul Lightfoot et Sol Leon, chorégraphes résidents du Nederlands Dans Theater.

À son retour à Montréal en 2000, elle travaille avec plusieurs chorégraphes contemporains, dont Jean Grand-Maitre, Estelle Clareton et James Kudelka. Anne a collaboré avec la chorégraphe Crystal Pite et sa compagnie Kidd Pivot à plusieurs reprises (dans le primé A Picture of You Falling, entre autres). Plus récemment, elle a travaillé avec Les 7 doigts de la main et elle a participé à la création du spectacle Corps Amour Anarchie de la compagnie PPSDanse, une soirée célébrant le poète français Léo Ferré.

Entre 2002 et 2016, avec le chorégraphe Victor Quijada, Anne contribue au développement du Groupe RUBBERBANDance en tant qu’interprète, puis, en tant que codirectrice artistique de 2006 à 2016. Leur puissante affinité en tant que partenaires favorise leur étroite collaboration et Anne devient rapidement la figure emblématique de la compagnie. Au sein de celle-ci, elle participe à la création de plus de dix œuvres pour la scène, ainsi que de trois courts métrages. En 2016, avide de poursuivre le développement de son langage artistique personnel, elle devient artiste associée la compagnie et crée indépendamment de celle-ci.

Après plus de vingt ans de pratique en tant qu’interprète, elle fait ses débuts à titre de chorégraphe en 2012, avec la création de son solo Les mêmes yeux que toi. Élaborée en collaboration avec la metteure en scène Marie Brassard, cette œuvre explore le thème de la maladie mentale. En mettant l’emphase sur les sujets qui lui sont chers, Anne désire créer des œuvres qui laissent une impression marquante, tant par leur virtuosité que par leur authenticité. MÉCANIQUES NOCTURNES est le second solo qu’elle signe, à titre de chorégraphe.

Télécharger son CV complet (pdf)

Facebook

© Photo par Michael Slobodian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *